Création lanternes géantes / Lanterns creation

English tanslation at the bottom of the page

La Nuit de la Culture, Lublin, Pologne.

Un mois de création « TZIM TZUM » pour NOC KULTURY,  juin 2017.

Description du projet après les images. Cliquer sur la 1ere image pour faire défiler les photos.

Photos Roma Przyluska et Isabelle Barthélemy

.

En mai 2017 nous sommes partis pour cinq semaines dans la ville de Lublin en Pologne orientale, tout près de la frontière de l’Ukraine.

Là, pendant un mois, nous avons installé un atelier de 250m2 dans le centre commercial Gala au cœur de la ville pour préparer le projet «Tzim Tzum», un ensemble de 18 grandes lanternes inspiré par un concept original de la Kabbale lourianique que l on peut définir ainsi: «Tzim Tzum : l’acte divin dans lequel le Créateur se retire pour laisser à la création la liberté de se créer elle-même».

Des poissons y nagent librement dans les rues au dessus des têtes, des oiseaux s’échappent des fenêtres des maisons dans un élan de liberté, s’engouffrent dans des portes, se mélangent amoureusement pour donner naissance a des créatures fantastiques… Un Léviathan, serpent des mers des légendes juives, domine cet univers ; un Minotaure rayonne comme un soleil dans le feuillage dense d’un arbre; des fleurs géantes et exotiques s’épanouissent entre les blocs de béton. Métamorphoses et monde renversé ouvrent la porte a tous les possibles. On est en pleine mythologie et dans la célébration de l’étrange beauté de la vie.

Dans la conception de ce projet artistique nous nous sommes mis en résonance avec ce que nous avons reçu et perçu de Lublin.

Lublin qui fête en 2017 les 700 ans de sa fondation tire son nom d’un poisson de rivière, la tanche; la ville était dans les années 80 un des centres stratégiques du mouvement underground de libération de la Pologne, Solidarnosc; 40.000 juifs qui peuplaient cette ville ont été déportés et ont péri dans le camp d’extermination de Maïdanek a quelques kilomètres du centre ville; aujourd’hui, Lublin qui compte 100.000 étudiants pour environ 350.000 habitants, brille comme une ville phare de la vie intellectuelle et artistique de la Pologne. De plus elle est un pont entre culture polonaise et ukrainienne, entre occident et orient.

Chaque année La Nuit de La Culture, NOC KULTURY, mobilise un nombre impressionnant d’habitants de toutes générations qui s’activent et inventent une fête de la vie, de l’art, de la diversité, haute en couleurs et portée par un groupe de gens qui ont décidé d’en faire une nuit de rêve, une nuit d’enchantement. Côté public, plus de 10.000 personnes viennent de près ou de loin vivre cette nuit extraordinaire.

Dans la rue Furmanska qui a été choisie pour nous comme espace théâtral, nous installons donc le 3 juin, après 260 heures de travail de création, nos lanternes géantes. Dans ce processus de création, nous avons aussi guidé un atelier pour quelques étudiants de l’école d’architecture de l’université de Lublin dont les œuvres, les lanternes-fleurs font partie de l’installation.

Tzim Tzum en plus d’être une installation artistique est un hommage à la culture juive disparue mais mystérieusement toujours vibrante dans le double invisible de la ville, et aussi au vent de liberté qui a soufflé voila plus de trois décennies sur la Pologne, porté par toute une population dont une des qualité et non la moindre, était l’imagination, la force poétique, l’inventivité, l’utilisation des symboles. Ainsi nous concevons nos lanternes comme des poèmes visuels, des “baïkas”- en polonais: des petits contes, car chacune raconte une histoire.

Mais nous ne sommes pas les seuls dans la rue Furmanska :

Un calligraphe ukrainien, Oleksiy Chekal, trace debout a l’encre de Chine au milieu de la rue, avec un énorme pinceau et sur un papier de 77 mètres de long et un mètre cinquante de large une calligraphie géante de la Genèse…

D’immenses cocoons multicolores et lumineux pendent des arbres, réalisés par Pawel et ses élèves en design… en attente de quels papillons ?

Un “double” du quadrilatère formé par les habitations de Furmanska, en terre cuite et éclairé de dizaines de bougies a été réalisé par des céramistes et des habitants de ce quartier.

La rue Furmanska n’avait jusqu alors jamais été le théâtre d’un événement de la Nuit de la Culture. Reconstruit sur les ruines du ghetto juif après la seconde guerre mondiale, ses bâtiments ne sont pas les plus beaux de Lublin et il ne fait pas toujours bon y traîner le soir mais Furmanska a une atmosphère particulière et l’installation de Tzim Tzum a aussi pour but de revaloriser ce quartier marginalisé.

Enfin, parmi nos créations, certaines sortent du seul rôle de lanternes :

Ainsi d’une lanterne-poisson aux rubans multicolores sort un chant juif vieux de 200 ans né a quelques pas de la rue Furmanska dans le Ghetto où vivait au milieu du 19eme siècle un grand sage Hassidique, Le Voyant de Lublin. Ce chant lui aurait été donné… par des anges. Une autre carpe géante a été rêvée comme un écran de cinéma entre deux grands immeubles où seront projetées des images multicolores de l’art populaire polonais, ukrainien, lituanien… car il fut un temps dans l’histoire de la Pologne ou celle-ci dans le premier commonwealth connu en Europe regroupait plusieurs nations de l’Est. D’autres, mises en mouvement, sont des mobiles silencieux qui se meuvent avec la lenteurs des poissons de grands fonds.

Dans ce projet, nous avons pu mettre en scène et en espace tout un théâtre insolite dont les acteurs sont de papier et d’osier avec un cœur de lumière… un univers à travers lequel le public déambule, se laissant porté comme sur une rivière par la surprise et l’étonnement.

Francois Monnet, le 16 juin 2017

.

NOUVEAU PROJET / NEW PROJECT : « One Hundred Birds » – Click here

.

Night of Culture, Lublin, Poland.

On month of creation « TZIM TZUM » for NOC KULTURY, june 2017.

In may 2017 we went for 4 weeks of artistic residence to the town of Lublin in the east part of Poland.
There, during one month we installed our working studio in a 250 m2 space in the commercial centre of Gala to create 18 giant lanterns for the installation of Tzim Tzum .
Tzim Tzum, a version of the creation of the world is inspired by a kabbalistic school alive in Lublin in the midth of the nineteens century.
It can be define as: “ the divine act in which Creator withdraw in order for there to be free space for creation… A wonderful definition of the origins, between creationism and evolutionism !

Fishes will swim freely in the streets above the heads and birds escape from windows into freedom, while some get stuck in old doors and others are mixing amorously to give birth to fantastic creatures.
A Leviathan, sea monster from Jewish legends dominate this mythological universe where also a Minotaur emerge from the dense leaves of a tree while paradisical giant flowers can be seen here and there among the small bushes and the blocks of concrete.
In this project we try to reflect what Lublin gave us of its many stories…
Lublin which celebrates its 700 birthday this year draws its name from a fresh water river fish, the tench.
The underground liberation movement Solidarnosc had in Lublin one of its important base.
40.000 Jewish people lived in Lublin before 1940, who were deported and perished in the nearby camp of extermination of Maidanek.
Today, Lublin, with 100.000 students for 360.000 inhabitants is one of the most innovative town in Poland. It is also a bridge between East and West, with a large Ukrainian population.
Every year the Night of Culture, NOC KULTURY, engages an astonishing number of its inhabitants in the preparation of this unique event, leaded by a group of artists and cultural workers in a spirit of celebration and non conformism.
The night of Culture attracts more than 10.000 people from near and far.
Music, theatre, installations in numerous streets and squares as well as monuments.
Invited to be a part of that event we were given the Furmanska street as a space of creation.
For that space we invented the concept of Tzim Tzum.
Furmanska street is a rather isolated part of the town although it is near the beautiful historical centre, due to the fact that it has been unsafe at night, and never valued as much as the neighbouring streets. So it was a challenge as well as a beautiful opportunity to create and give that street and its inhabitants a chance to be seen in its beauty.
Our installations there are visual poems, moments of theatre, small stories or big surprises.

Among our creations some have special roles: a singing fish chant a 200 years old Yiddish song, a giant carp has been dreamt as a screen between high buildings to receive colourful images.
But we are not alone in Furmanska street were an Ukrainian calligrapher , Oleksiy Chekal traces on a 77 meter long paper the first lines of the Genesis with an giant brush as in a dance.
Colourful cocoons of unpredictable butterflies blink in the trees, some tree trunks are clad in embroideries, a mirror of the houses of Furmanska street has been made by pottery craftsmen and women of the town with the participation of children. It is beautifully illuminated from the inside with dozens of candles.
On the Night of Culture – Noc Kultury – Saturday 3th June, finally, after 400 hours of work we hang and install our creations of paper and willow… only for a few hours of enchantment: It is the wish of the organisers of that fabulous event that at sunrise the next morning all installations be gone to enhance the magic power of that unique night ! A night like a dream…
Fortunately we have the photographies….
François Monnet

Publicités